Partagez | 
 

 Shem, la pendue n°8 de l'Hiver.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shem

avatar


Statut au sein de l'Ombrae
Race.: Mortelle
Rang.: Herboriste
Xp.:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Shem, la pendue n°8 de l'Hiver.   Mar 6 Nov - 20:23

Prénom : Shem

Nom :
Rosvatsa

Age : 18

Description physique : Des cheveux longs artificiellement rouges et ondulés, maintenus par de malheureuses perles d’acier ayant trop vécues, encadrent un visage plutôt rond où percent deux yeux gris. Elle arbore un air constamment contrarié, pour ne pas dire agressif, accentué par un regard charbonneux finement travaillé à l’encre noire et à la poudre de cochenille, faisant de ses iris deux lunes pleines dans un ciel d’orage infernal. Ses lèvres bien dessinées lui donne cette air de poupée de porcelaine brisée que l’on retrouve au fond des coffres de petite fille, tout comme son bras gauche, rafistolé la hâte à son épaule et bien souvent couvert pas un long gant de dentelles pourpres. Son corps se meut avec aisance, malgré ce petit détail, et elle ne perd rien de sa grâce naturelle. Et de son efficacité.
Caractère : Tout sauf serviable. Sauf quand il est question d’argent, cet argent qui, mis en jeu, peut la rendre extrêmement versatile ; tantôt affable, tantôt acerbe.
But : Apprendre et se faire une place. Une bonne place. Une place d’où elle pourra faire ce qu’elle veut, quand elle le veut.

Hobbies : L’herboristerie. Une passion familiale pour ainsi dire. Les banquets et les bals, là où elle œuvre principalement. L’observation des oiseaux, de longues heures.

Aime : Les oiseaux nocturnes et les pinsons, le thé et les vins, les poèmes, l’absurde. Les enfants, certes bizarrement, mais elle les aime.
N’aime pas : Le sable. Les hurlements. Mais ce qu’elle exècre par-dessus tout, ce sont les gens purs, innocents. Naïfs.

BG (Back) :

L’enfant est né, comme un précieux don envoyé des dieux. On le couvre de cadeaux. Bijoux, peluches et poupées. Le père sourit. La mère sourit. Les gens défilent. Souriant. Faussement.

Le nourrisson agite les mains et commence à saisir les objets. Il a grandi. Il resplendit. Le temps passe, sous la neige et la pluie et la brume. Il marche. Il court. Il danse. Maintenant on lui offre des robes de soies douces et légères, des dessous de cotons fins et de laine d’Egypte. Les parents sont fiers, se font des promesses.

L’enfant ne parle pas. Il chante. Mais maintenant il est grand. Il a 14 ans. Mademoiselle est son nouveau nom. On lui passe le corset. Serrez. Tirez. Nouez. Etouffer. On lui donne des chaussures de vair à talons. La jeune fille réapprend à marcher, à danser. Le père exige, la mère soupire.

La jeune dame apprend à servir le thé. Elle suit sa grand-mère jusque chez elle, apprend d’elle le tri des plantes. Les bonnes. Les mauvaises. Les malsaines. La fillette ne sait pas aimé, elle ne sait plus. Elle apprend la haine. Les parents désespèrent.

C’est une femme. On la courtise, on la présente. On la méprise, on l’humilie. Le père meurt. La mère s’évapore. Elle vit d’elle-même. Elle sait sourire pour les présents, elle sait pleurer, pour l’argent. Se cachant sous des masques d’or et d’argent, elle observe ceux qui l’entourent.

La nuit, elle se balade dans les chambres et les coursives. Dans les petits lits, elle glisse une aile d’oiseau et une fleur d’ancolie et d’aristoloche. Le lendemain, … il n’y a plus rien de vivant dans ces couches. Dans ses parures, elle cache l’essence de la mort sous ses différentes formes. Rapide, longue. Douce, douloureuse. Elle est vite remarquée, et sa passion dévorante devient métier.

Les parfums fusent. Elle perd pieds. Ne se cache plus. Elle se fout de tout.

Elle dansait et riait dans la forêt au milieu des tombes et de ses petits jardins. Au loin, son atelier et laboratoire, une étrange maisonnette perchée en haut d’une tour de marbre rose, se balançait. Elle a voulu fuir les hommes et leurs fourches, les femmes et leurs torches.

Une semaine passa. L’étrange jeune femme couverte de sang et d’ecchymoses détonnée dans sa cellule. Elle fut lavée et vêtue par ses servantes venues spécialement pour le spectacle de l’ultime cérémonie. La dentelle noire s’élançait en fractale sur sa peau. Elle pleurait et criait mais rien ni faisait. Les pierres de ses bijoux se brisaient sur les pavés, les chaines de métaux précieux lui déchiraient la nuque.

Le discours du Juge, un homme gras et puant, conclue : « Noblesse oblige ».

La corde enserre son coup sanguinolent, la dernière caresse du monde vivant. Le planché vibre sous les acclamations. Le sol disparaît, la trappe s’est ouverte. La natte se tend. Elle se sent balancé, elle se sent étouffer, ses membres s’engourdir, sa vue se brouiller.

Des visages. Il n’y a que des bouches. Ouvertes, hurlantes.
Le néant n'existe pas. Le Tartare oui.
Ses paupières s'agitent, elle continue d’étouffer.
Revenir en haut Aller en bas
Nalysa

avatar

Hobby : Chasser en meute
Vie antérieure : Vient d'un monde brillant où elle a rencontré Jawell.

Statut au sein de l'Ombrae
Race.: Lycan
Rang.: Chef de meute
Xp.:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Shem, la pendue n°8 de l'Hiver.   Mar 6 Nov - 20:55

Elle toisait la jeune femme dans son cercle de lumière.
Nalysa souriait, elle était belle, sauvage, et ses antécédents étaient.. intéressants.


"Bienvenue en Ombrae, mademoiselle. Si vous êtes ici, c'est que vous êtes morte dans votre monde d'origine. Voyez l'Ombrae comme l'enfer des enfers, ou votre paradis. Ici sont réunis les bêtes les plus improbables. Les vampires, lycans et autres bestioles traqueront votre chair à cœur joie."

Elle s'approcha de la jeune femme, la détaillant de plus près.


" J'aurai pu vous laisser mourir quelque part dans un coin sombre, mais vos compétences sont trop précieuses pour être gâchées. "

Une goule s'approcha avec un petit plateau en or, sur lequel était disposé un épais livre. Il semblait miteux, mais authentique. Un parchemin était roulé à ses côtés.

" Prenez ceci, vous trouverez la demeure de Wiliam. C'est un mortel un peu fou, qui vit dans une chaumière reculée de tout. Mais personne ne remet en doute son savoir sur la flore de l'Ombrae. Ici le soleil n'existe pas, les plantes qui réussissent à survivre sont les plus puissantes, et les plus dangereuses. Dans cet encyclopédie, vous trouverez tout ce que vous avez besoin de savoir sur elles. Leur lieu de pousse, leur rareté, etc.
Maintenant mademoiselle, disparaissez."
Revenir en haut Aller en bas
Shem

avatar


Statut au sein de l'Ombrae
Race.: Mortelle
Rang.: Herboriste
Xp.:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Shem, la pendue n°8 de l'Hiver.   Mar 6 Nov - 21:54

Elle se redressa brusquement, se saisissant la gorge de ses deux mains. La panique disparut brusquement. Elle se sentait vide. Froide. Ses yeux n'arrivaient pas à se fixer sur quelques choses de précis. De toute façon, tout ce qui apparaissait devant elle semblait dépourvu de couleur et de texture. Un goût amer emplissait sa bouche.

Il y'avait une silhouette à côté d'elle. Rien d'autre qu'un nuage brumeux. Une voix déformée parvenait à son cerveau.

Mourir dans un coin sombre.

Elle était morte. Elle le savait. Mais elle était là. Quelque part. L'Enfer des Enfers.Le seul lieu qui l'attendait surement, le plus misérable. Une pensée lui vint comme un éclair de lumière dévastateur : et si d'autre personne, comme elle, étaient ici ? Pire qu'elle ?

Ses dents grincèrent ...
Shem se releva péniblement.
La situation avait tout d'un rêve. Elle marchait sans sentir le sol. Le paysage était irréel. La femme là-bas aussi.

Elle vit un objet tombé. Un bruit indistinct se fit entendre à nouveau. Elle le ramassa se leva et obéissant à la Voix, elle disparut.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shem, la pendue n°8 de l'Hiver.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shem, la pendue n°8 de l'Hiver.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Le nouveau thème d'hiver !
» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |
» Le parfum des roses d'hiver
» prévisions pour l'hiver!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ombrae Victum In :: 
 :: La stèle
-