Partagez | 
 

 Jildoras Dianwei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jildoras Dianwei

avatar

Hobby : l'observation

Statut au sein de l'Ombrae
Race.: Lycan
Rang.: Sergidé
Xp.:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Jildoras Dianwei   Sam 19 Jan - 14:35

Prénom : Jildoras
Nom : Dianwei
Age : 23 ans
Race : Lycan

Description physique : De taille moyenne, cheveux courts et noirs.
Caractère : Protecteur, Réfléchi.
But : Se rendre utile aux autres et être respecté tel qu’il est.
Aime : Lire et se laisser aller dans ses pensées au pied d’un arbre ou posé sur une branche.
Aime pas : Le non-respect et l’agression physique ou verbale de l’un de ses proches.

BG :
Jildoras est un homme dont les parents, pauvres paysans, qui n’avaient plus les moyens financiers de l’entretenir, décidèrent de le donner à la charge de l’académie militaire vers l’âge de 6 ans. On lui y enseigna le maniement des armes et les bases de la vie en société. Il voulait toujours en apprendre plus, acquérir des connaissances en stratégie et en sciences mais, cela était réservé aux futurs gradés et un fils de paysans ne pouvait le devenir. Il profitait de son temps libre pour s’échapper dans ses rêves et lire. La vie y était dure et stricte. Jildoras possédait un franc-parler et se faisait souvent réprimander à cause de celui-ci. Vers l’âge de 12 ans on répartit tous les apprentis dans des troupes afin qu’ils fassent leurs preuves au combat. Et dès ses premières confrontations il se rendit compte qu’il combattait sans raison valable. Et que souvent il servait à réprimander les villageois qui avaient des pensées qui allaient à l’encontre de ceux de leur souverain ce qui était d’une injustice intolérable, mais il ne pouvait rien faire contre vu son jeune âge.
Lorsqu’il eut 18 ans, lors d’une mission de chasse aux brigands en forêt, il voulait prouver à tous ses frères d’armes qu’il était le meilleur par orgueil. Il souhaitait également atteindre des grades plus élevés afin de pouvoir lutter contre ce qui l’écœurait depuis son jeune âge. Il fonça donc tête baissée, vers l’endroit où se trouvaient les bandits, sans écouter les ordres de rester sur place pour éviter tout piège. Après une course à travers le sous-bois, il se retrouva face à une petite falaise, en se retournant, il comprit qu’il avait fait exactement ce que les brigands voulaient et qu’il était fini. Alors que les bandits s’apprêtaient à lui faire rendre son dernier souffle, on entendit venir de la forêt une troupe qui s’approchait au pas de charge, et en quelques secondes une effusion de sang se déroula devant ses yeux. Alors que le combat faisait rage, il subit un coup d’arme contondante sur la tête et perdit connaissance. Lorsqu’il reprit connaissance, la douleur, du coup qu’il avait reçu plus tôt, ne lui permit pas tout de suite de se rendre compte de la scène qui l’entourait. Après quelques instants, lorsque sa mémoire lui revint, il regarda autour de lui et remarqua que tous ses compagnons étaient morts jusqu’au dernier. Ce massacre était complètement de sa faute. Par respect pour les membres de sa troupe, il leur donna à chacun une sépulture décente, puis par honte et désespoir il essaya de se donner la mort. Mais n’ayant pas la force de s’infliger de graves blessures, il décida de vivre reclus dans la forêt le temps que l’on oublie son existence.

Un jour, alors qu’il était à la recherche de nourriture, dans cette forêt qui l’accueillait depuis déjà deux années, il sentit la présence d’un prédateur. Il devait surement l’observer et attendre une occasion de l’attaquer. Jildoras se mit alors à courir, pour voir si c’était vraiment lui la cible de la créature qu’il avait ressentie. Aussi, comme il n’était pas armé la fuite offrait la meilleure solution. Alors qu’il détalait le plus vite possible, il sentit une douleur provenir de sa jambe gauche et tomba face contre terre. Lorsqu’il se fit rouler sur le côté et essaya de se redresser, face à lui se trouvait un loup. Mais celui-ci avait quelque chose de différent des autres membres de son espèce que Jildoras avait déjà rencontrés. Mais, il n’aurait jamais pu dire quoi. Le face à face dura de longues minutes, puis sans comprendre pourquoi il vit le loup faire demi-tour et s’enfoncer dans la forêt. Lorsque l’animal fut hors de vue, il regarda sa jambe et put remarquer que la douleur provenait d’une morsure. Il banda sa blessure avec un bout de tunique qu’il venait d’arracher. Il rentra temps bien que mal dans l’endroit qu’il s’était trouvé pour vivre dans cette forêt. Plusieurs jours passèrent mais, la morsure que le loup lui avait infligée semblait ne pas vouloir guérir. Au bout de quelques semaines, lors d’une nuit claire et où l’on pouvait observer une magnifique lune pleine, Jildoras commença à se sentir fiévreux. Puis une douleur horrible se répandit dans tout son corps. La douleur se faisait de plus en plus intense, il avait l’impression que sa peau durcissait et se faisait transpercer, que ses os étaient broyés et que ses organes se déplaçaient. La douleur continuait de prendre en intensité. Au bout de longues minutes il découvrit les changements qu’il avait subis puis perdit connaissance à cause de l’énergie que lui avait demandée sa transformation. À son réveil son corps était revenu à la normale mais, il savait qu’à partir de maintenant il ne serait plus jamais la personne qu’il était.

Jildoras resta encore une bonne année, après cet évènement, afin d’apprendre à contrôler un minimum ses nouvelles caractéristiques. Puis, pensant qu’avec le temps on avait surement oublié son existence, il retourna à la ville afin de mener une nouvelle vie. Mais lorsqu’il arriva dans les plus grandes villes de son pays, il observa qu’aux divers postes de gardes, il y avait des affiches lui avec une prime. Il était recherché pour désertion et condamné à mort. Il prit alors la décision d’aller vivre dans un petit village de fermiers où l’influence des villes était moindre, et où personne ne pourrait entendre parler de son passé.

Lors de ses 23 ans, une guerre éclata et l’armée investit le village où il s’était réfugié. Ils voulurent en faire un poste avancé et recruter par la force le maximum d’hommes aptes au combat. Seulement il refusait de prendre part à un conflit, dont les raisons lui étaient inconnues et surement futiles. Un jour, alors qu’il faisait son marché, une troupe de garde l’entoura et l’immobilisa. Il vit le capitaine de la troupe remettre une bourse à un villageois et comprit qu’il avait été dénoncé. Mais de quoi on l’accusait ? Quelqu’un avait-il entendu parler de son passé ? Ou avait-on découvert par une quelconque raison l’être qu’il était ? Lorsqu’il demanda les raisons de son arrêt, on lui répondit que c’était pour trahison. Il allait être exécuté sur-le-champ devant toutes les personnes présentes au marché. On le fit se mettre à genoux et mettre la tête en avant. Il entendit que le capitaine placé à sa gauche sortait sa lame de son fourreau, il allait être décapité en public. La lame fendit le vent.
Revenir en haut Aller en bas
Nalysa

avatar

Hobby : Chasser en meute
Vie antérieure : Vient d'un monde brillant où elle a rencontré Jawell.

Statut au sein de l'Ombrae
Race.: Lycan
Rang.: Chef de meute
Xp.:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Re: Jildoras Dianwei   Sam 19 Jan - 19:31

Nombreuses avaient été les tortures endurés par sa race, il y a de ça des siècles.
La guerre contre les vampires, les tueries, les complots, les traitres.
Peu avaient survécu, et les survivants s'étaient regroupés. Alors qu'elle n'aspirait plus qu'à une vie paisible, Nalysa prenait douloureusement conscience qu'il n'y avait peut être pas de mondes où les lycans seraient maitres.
Asservis, traqués et brûlés vifs. Les vampires, bien planqués se moquaient bien d'eux. Ils avaient été suffisamment intelligent pour se replier à temps, et à vivre entre eux. Les lycans avaient longtemps cru pouvoir vivre une double vie, dans un village tranquille. Mais les rumeurs, comme un cheval au galop, grandissait et effrayait les foules. C'est ainsi que l'espoir et leur dernier souffle arraché, sur une table de torture, ou sur un bucher, les lycans périssaient les uns après les autres.
C'était encore le cas du petit nouveau, Jildoras. Nalysa espérait que son mental ne serait pas touché. Nombreux étaient les lycans qui devenait fous, même -ou surtout- après leur mort.
Aussi, elle devait le mettre à l'épreuve. L'épreuve déciderait si oui ou non, il pourrait survivre ici.
Saisissant son plumier, qui s'usait souvent ces temps ci, elle se lança dans une lettre à l'attention du lycan.

" Cher Jildoras,
Vous me voyez très peinée de ce qui vous est arrivé. J'espère que votre cou ne vous fera pas souffrir, et que vous serez apte au combat dans votre nouveau monde. Ce combat sera celui de la survie, de votre survie. Aussi, j'ai engagé un de mes hommes qui fera son nécessaire pour vous mettre à l'épreuve. Soyez sur vos gardes, il vous contactera.

Bien à vous,
Nalysa, Cheffe des Lycans.
"
Revenir en haut Aller en bas
 

Jildoras Dianwei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ombrae Victum In :: 
 :: La stèle
-